danse

Spectres dansants, entre ciel et terre

Dans une chorégraphie élégante, agenouillée au sol, tournant autour de son œuvre ou debout les deux pieds plantés solidement dans la terre, Marjolaine Salvador-Morel élabore des sculptures faites de fils de nylon. L’aiguille, ses mains, son corps, son âme sont les pinceaux, le fil en est la trace.


Ses architectures sont des éloges à la nature entre terre et ciel. Elles dialoguent avec le microcosme et la macrocosme, incitent à la contemplation et invitent au mystère en bousculant les frontières entre un savoir-faire dentellier et une écriture plastique, entre le visible et l’invisible.

Publié le 17/09/2020


Mots clés :