Ea670bdd7f01993ab63af68b5b7b24e5facba7b4
Ceea3f71ff181e2814779c84af5bcb7e660324fc
8e5a4dfa8d80d8ff7021782ec7a7786619349ad0
1615dd0d7eb5277f48af71b732def302f77f3bd4
2f0ff1de69e4e63e8687b2309b7c89eaeb1c33d5
3464399ce6cc6b8715eabd26ec08eecee727f556
Fermer
classique

Tchaïkovsky, Rachmaninov par Ben Glassberg et Stephen Hough

Tchaïkovsky, Rachmaninov par Ben Glassberg et Stephen Hough (2022)
Un souffle russe s’empare de Ben Glassberg et de l’Orchestre de l’Opéra avec la poignante Pathétique de Tchaïkovsky et le piano virtuose de Stephen Hough.

S’il fallait un mot pour définir la Symphonie n°6 de Tchaïkovsky, c’est bien « sincérité ». À chaque mesure, les effusions du compositeur nous font vibrer. Sa musique va droit au cœur. « En la composant mentalement, j’ai beaucoup pleuré » écrit-il en 1893, alors qu’il achève ce joyau d’intériorité. Il meurt quelque temps après, son œuvre résonnant comme un magnifique testament musical. C’est ce fil d’émotions russes que Ben Glassberg continue de dérouler avec le Concerto pour piano n°4 de Rachmaninov. Quel humanisme et quelle mélancolie dans ces pages ! De son jeu magistral et sensible, Stephen Hough révèle les couleurs audacieuses et les sonorités presque jazz de ce concerto qu’il a enregistré avec brio et pour lequel il a reçu de nombreuses distinctions.

 

Introduction à l'oeuvre 1h avant le début de chaque représentation.

 

Publié le 21/06/2022


Mots clés :